L'automne est froid, c'est le huitième mois.
Dans le jardin dénudé, on voit les piquants des châtaignes.
Sous le vaste ciel, le chant des cigales à cessé
Ma nature est indifférente aux préoccupations du monde
Que ce soit debout ou assis, mon esprit est sans limite
Les huit volumes du sutra du lotus 
à la tête du lit, certains ouverts, d'autres fermés.

P1110779